page d'accueil

association

statuts

archives

les photos

les sons

les médias et nous

jequitibá, l'arbre

contacts

liens utiles

 

NEWSLETTER N°1- décembre 2008

Chers amis,

Excusez mon long silence, mais depuis notre assemblée générale de fondation du mois d’août, plusieurs imprévus sont venus perturber la mise en place de notre action au Brésil. Des événements positifs aussi se sont produits, qui nous font espérer maintenant un démarrage solide et rapide, mais il était difficile de vous en parler avant, car c’est seulement maintenant que les choses se mettent vraiment en place. Alors, voici tout le détail. Dans son intégralité…

D’abord, les choses dont il faut se réjouir :

Nous venons de terminer, Yves Magat et moi, 2 semaines intenses de formation ici à Rio de Janeiro. Une petite vingtaine de stagiaires y ont participé. 2 semaines vécues au rythme des découvertes de plusieurs de ces radios communautaires et ponctuées par l’enthousiasme communicatif des stagiaires qui ont vraiment apprécié ce cours. C’est une très grande satisfaction de voir qu’il correspond bien aux attentes des étudiants. Même s’il faut maintenant qu’on améliore certaines choses et qu’on s’interroge sur un curieux gap entre un record de candidats au moment des inscriptions et une assez piètre participation pratique aux sessions… Ceux qui viennent les suivent régulièrement, mais 50% des inscrits n’ont pas montré leur bout du nez ! Il semble que ce soit hélas courant au Brésil.

Deuxième bonne nouvelle, les financeurs que nous avons sollicité ont répondu positivement : la Ville de Genève, la Commune de Cartigny et le Fond Mondial de Solidarité Numérique ont accepté de s’engager. Seul le canton a refusé. Il va donc falloir chercher à remplacer ce 4ème partenaire défaillant, mais ce n’est pas urgent car avec ce qui est d’ores et déjà acquis, nous disposons de 70% des fonds nécessaire pour mener l’opération à son terme. Autant dire qu’on peut démarrer. 2009 sera l’année du baptême de notre formation en radio-journalisme pour les radios communautaires au Brésil. Le premier cours aura vraisemblablement lieu en novembre prochain, afin de permettre à Yves Magat d’y collaborer.

Maintenant, les imprévus qui nous ont posé problème :

Il y a eu d’abord eu une très grosse déception avec le partenaire que je considérais comme le plus fiable de tous : Viva Rio/Viva Favela… Cela fait plus d’un an que je collabore avec cette ONG à travers le blog Vivafavela en français, et voilà que d’un coup, à mon retour au Brésil en septembre, tout a changé : le responsable du secteur information, qui était mon partenaire direct a changé de fonction, remplacé par une jeune personne très inexpérimentée et, il faut le dire, assez sectaire dans sa manière de voir le monde ! Résultat, les rapports se sont détériorés, Viva Rio émettant des exigences financières déraisonnable à notre égard et multipliant les conditions inacceptables pour collaborer. Je vous passe les détails de cette pénible affaire, mais j’ai dû me résoudre fin octobre, &ag

Et comme un désagrément n’arrive pas seul, les élections municipales ne se sont pas déroulées comme prévu à Nova Friburgo. Le candidat attendu, qui était très favorable à une relance des projets avec la Suisse a pris une veste. Le préfet élu est un vieux revenant de 86 ans par qui pas mal de scandales sont arrivés lors de la première période de rapprochement entre Fribourg et Nova Friburgo, dans les années 1980. Plus question donc, dans ces conditions d’aller de l’avant avec ce volet de nos projets. Le voilà gelé pour 4 ans au moins !

Il a donc fallu tout reprendre à zéro. Ce ne fût pas une période très plaisante, mais de nouveaux partenaires sont apparus, de nouvelles idées sont nées et les choses redémarrent !

La première chose que nous avons réussi à sauver, c’est la formation radio. Grâce à un nouveau partenaire, qui s’est révélé enthousiasmé par le projet et qui présente cette fois toutes les garanties de solidité et de continuité. Ce partenaire, ce n’est rien moins que… l’UNESCO dont l’antenne brésilienne va assurer la mise en place, le recrutement des stagiaires et le financement local des sessions de formation. Pour 2009, l’opération est déjà inscrite au budget annuel de l’organisation, pour les 2 années suivantes, cela dépend de la signature d’un accord formel de collaboration entre l’ONG Jequitiba et l’UNESCO au Brésil, accord qui va se concrétiser courant 2009. Le paradoxe, c’est que ça va être nous, ONG genevoise, qui allons financer l’UNESCO, avec les fonds octroyés par nos  donateurs.

Côté expo photo aussi de nouvelles perspectives se dessinent : certes, il est trop tard pour le FIFF de Fribourg 2009, mais j’ai approché une autre ONG de Rio, l’observatoire des favelas, installée dans un bidonville de la zone nord de la ville, qui fonctionne depuis plusieurs années sur deux axes : une agence de photos ciblée sur la vie quotidienne dans les favelas et une école de photo pour former des jeunes et des enfants au métier. Une formation solide, à laquelle participe de nombreux photographes professionnels connus au Brésil et qui a déjà fourni à l’agence plusieurs collaborateurs de talent. En plus, l’ONG mène avec les enfants du quartier une activité de fabrication d’appareils photos artisanaux  à partir de boîtes de conserve recyclées. L’observatoire veut collaborer avec nous pour présenter son travail en Europe sur le thème


Enfin, côté information de presse, j’ai rencontré un journaliste très connu pour son sérieux, qui collabore à Globonews, la chaine d’info en continu du groupe Globo, et qui a monté son propre journal d’information sur internet. Gros succès : plus de 1,7 millions de pages lues en 6 mois. Il me propose d’héberger sur son site une extension en français, pour publier des informations sur le Brésil, tirées de se propre rédaction et d’autres reportages que je pourrais adapter dans le domaine social, économique et environnemental. Le projet doit encore mûrir, mais ce serait une belle alternative à la fin de ma collaboration avec Viva Favela.


Voilà en gros, un résumé de ces 4 mois d’activité au Brésil. Nous serons en Suisse, Barbara et moi, du 28 décembre au 25 janvier, à disposition pour rencontrer ceux qui voudraient parler plus en détail de tout cela.

Et puis, puisque c’est la période des fêtes et du changement d’année, je vous souhaite, ainsi que tout le comité de l’ONG Jequitiba, plein de bonheur et un 2009 prospère.

Notre association se rappelle aussi discrètement à votre bon souvenir car nous aimerions beaucoup vous voir verser vos cotisations de membres pour l’année 2009 ! Les premières en fait que l’association vous réclame. Elles se montent à 50 frs minimum (plus si vous voulez !) et elles sont à verser sur le compte de l’association :

UBS Genève

ONG Jequitiba, 1200 Genève

Rio de Janeiro, le 20 décembre 2008

Jean-Jacques Fontaine