page d'accueil

articles précédents

association

statuts

les photos

les sons

jequitibá, l'arbre

contacts

liens utiles

Lettre n° 18, décembre 2014

Radios communautaires de Rio de Janeiro
Ambiance plus tendue et stagnation économique

C'est dans un contexte général de récente dégradation des conditions dans les favelas de Rio que s'est déroulée cette troisième session du 24 novembre au 5 décembre 2014. Point positif par contre, Jequitibá a pu renouer la collaboration avec le programme social des favelas de la Municipalité de Rio rebaptisé "Rio+Social". Sous son nom précédent, UPP Social, qui créait une confusion avec la police des UPP, les différents remaniements hiérarchiques nous avaient fait perdre le contact.

Trois jours d'ateliers théoriques et pratiques ont été comme d'habitude organisés avec 15 personnes provenant de quatre radios de favelas différentes. Cette première partie de la session a pu être organisée dans les locaux de l'Instituto Pereira Passos, siège de "Rio+Social". Après un rapide entrainement aux techniques d'interviews, de débats, de reportages et d'écriture radiophonique, nous nous sommes rendus à deux pendant deux jours dans chaque radio où nous avons retrouvé les participants du cours initial.

Avec une nouveauté cette année: deux des radios participantes n'existent pas encore en FM. Il s'agit plutôt de portails web désireux d'élargir leur offre d'information sous forme de webradio dans un premier temps puis si possible ensuite de transmissions en FM.

Turano

L'Espaço Cultural Fazendo Arte de la favela de Turano, au centre de Rio est animé principalement par Evandro, un acteur professionnel, très actif dans la vie associative de la favela. Son association dispose d'un local spacieux en bas de la favela, proche du siège de l'Unité de police de pacification (UPP) et donc relativement éloigné des secteurs reconquis récemment par les gangs de trafiquants. Nous avons pu produire avec lui et son équipe deux journaux radiophoniques variés qui devraient servir de modèles pour leur développement futur. En attendant d'avoir techniquement un serveur de webradio, ces journaux ont été placés sur la page Facebook de l'association et diffusés par une radio commercial de la région avec laquelle collabore Evandro.

Cidade de Deus

Le deuxième groupe que nous avons assisté sur place est le Portal da Cidadania. Il s'agit d'un portail web situé dans un centre d'animation culturelle et informatique en plein coeur de la célèbre favela de la Cidade de Deus. Paradoxalement cette favela qui fut un temps considérée comme un exemple extrême de violence est relativement épargnée pour l'instant par le regain de tension qu'on constate dans la majorité des autres favelas de Rio, pacifiées ou non.

Là aussi nous avons encadré l'équipe pour la production de deux journaux radiophoniques modèles. En attendant un développement en webradio et éventuellement en FM, les productions ont été placées sur le portail web de l'association, via le serveur gratuit audio spreaker.com.

Jacarezinho
Dans la favela de Jacarezinho, nous avons encadré une radio communautaire traditionnelle en FM, Radio Show do Rio. Elle vient d'emménager dans des locaux encore en construction dans une partie supérieure de la favela permettant ainsi une bonne diffusion de ses programmes essentiellement musicaux jusqu'à présent.

Deux journaux complets d'une quinzaine de minutes ont pu être diffusés en direct depuis le studio avec beaucoup de stress et autant de satisfaction de l'équipe ! Ils contenaient notamment un reportage complet enregistré et monté sur la problématique récurrente dans les favelas du ramassage déficient des ordures. Au hasard des interviews de ce reportage, le contact a pu être renoué avec les responsables du centre de santé local afin de créer à l'avenir une meilleure dynamique de collaboration avec la radio.

Déceptions
Malheureusement au cours de cette session à Rio, deux des cinq radios inscrites se sont désistées au dernier moment. L'une n'est pas apparue du tout aux trois jours de cours initiaux (Radio web studio Tudo2 de Cabritos) et l'autre a voulu reporter notre passage dans ses locaux (Radio web Caju), ce qui était impossible pour nous.

Ces désistements, ajoutés à l'impossible poursuite de collaboration avec certaines des radios de Rio déjà encadrées les années précédentes nous ont amenés à nous poser des questions sur la suite du projet: lorsque ces radios ne sont plus encadrées par Jequitibá, elles ont tendance à abandonner leur effort d'information locale pour se replier sur une diffusion uniquement musicale. D'autant plus que la dégradation de la situation dans les favelas en comparaison avec les premiers temps de la pacification rend la situation matérielle des radios communautaires plus précaire.

Plutôt que de chercher à former des animateurs de cinq nouvelles radios l'an prochain comme prévu, nous réfléchissons à consolider celles que nous avons déjà formées et qui ont tenu le coup, au nombre de huit. On pourrait ainsi créer une sorte de "pôle d'excellence" avec des radios qui fonctionnent relativement bien, auxquelles pourraient se référer d'autres radios de la région. En outre l'évolution technologique en direction des webradios qui se dessine pourrait être encouragée: de plus en plus d'auditeurs de toutes classes sociales écoutent la radio sur le web via leur smartphone connecté en wifi ou en 3-4G.

Nous avons un peu le sentiment d'être à un moment charnière de notre projet à Rio de Janeiro en raison des événements socio-économiques que vit le Brésil et nous devons nous y adapter. Les objectifs de notre future activité en 2015-2016 vont donc être discutés lors de l'assemblée générale de l'association, au début de l'année 2015, après consultation des institutions qui financent le projet de Rio de Janeiro.

Yves Magat