page d'accueil

articles précédents

association

statuts

les photos

les sons

jequitibá, l'arbre

contacts

liens utiles

Lettre n° 19, décembre 2015

Rio de Janeiro
Une session sous le signe de la COP21

Nouvelle orientation pour cette session de novembre 2015 à Rio de Janeiro. La quinzaine a été divisée en deux parties. Pendant la première semaine, du 23 au 27 novembre, Jean-Jacques Fontaine et moi-même avons comme par le passé animé des ateliers de formation de base aux techniques de journalisme : interview, débat, reportage, montage, écriture radiophonique. Une vingtaine de personnes y ont participé. Elles provenaient de plusieurs des 10 radios qui font désormais partie de notre Réseau Jequitibá de Rio. Dans ce cas il s'agissait de nouveaux animateurs qui n'avaient encore jamais reçu de formation.

Du 29 novembre au 4 décembre nous avons encadré les radios du Réseau Jequitibá pour produire une série d'émissions en lien avec la Conférence sur le climat de Paris (COP21) qui se déroulait simultanément. Elles ont chacune produit une émission de 15 à 30 minutes qui a ensuite été diffusée par toutes les radios du réseau le même jour à raison de deux émissions par jour. Avec les difficultés habituelles, toutes ont finalement joué le jeu, à l'exception de Radio Ação déjà surchargée par les préparatifs du Carnaval qui reste son thème prioritaire en raison de sa proximité géographique avec la Cidade do Samba où sont construits les chars du défilé de Carnaval.

La première émission a été enregistrée au milieu de la marche mondiale pour le climat de Rio puis les autres ont évoqué les jours suivants des thématiques environnementales proche du vécu quotidien des habitants des favelas : rôle des femmes dans la protection de l'environnement, lutte contre les îles de chaleurs, ces régions sans espaces verts du nord de la ville, ordures et recyclage, pauvreté et environnement, etc.

Des rendez-vous avaient été pris par Jean-Jacques Fontaine auprès de personnalités connues de Rio qui ont été interviewées par l'une ou l'autre des radios : présidentes du Jardin botanique et du Centre patronal brésilien pour le développement durable, adjoint au maire de Rio pour les questions d'environnement.

Les interviews et les lancements et conclusions étaient montés ensuite la veille de la diffusion puis envoyés par wetransfer ou téléchargée depuis le site radiotube où elles ont été déposées.

Retour de la violence
Malgré les retards habituels du début de session, tout a finalement bien marché. Le défi n'était pas évident dans le contexte difficile que traverse le Brésil actuellement. La crise économique frappe de plein fouet les catégories sociales que nous côtoyons dans ce projet. Les Brésiliens qui étaient parvenus à émerger de la pauvreté sont les premiers à perdre leur emploi. En parallèle on constate un retour en force des gangs de trafiquants qui contrôlent à nouveau l'essentiel des favelas. On se retrouve presque revenu à la situation antérieure à la pacification puisque les policiers ont à nouveau tendance à se cantonner dans leur local au pied de la favela sans oser en sortir ; ou alors, comme j'ai pu le constater dans le Complexo do Alemão, ils effectuent leurs patrouilles en gilet pare-balles et le doigt sur la gâchette de leur fusil-mitrailleur. Inutile de dire que dans ces conditions leur contact avec la population est à nouveau désastreux, d'autant plus que des bavures policières se produisent régulièrement. En même temps, le travail des radios que nous soutenons est singulièrement freiné par cette nouvelle situation, notamment dans la favela du Morro dos Prazeres.



Coupes dans les programmes sociaux
En outre les programmes sociaux de la Ville ou de l'Etat sont abandonnés ou réduits, faute de ressources. Par exemple notre partenaire logistique, Rio+Social (l'ancienne UPP Social) sera dissout au 31 mars 2016. Heureusement pour nos prochaines sessions, dès le début 2016, notre interlocuteur sera l'Empresa Olímpica Municipal (EOM), dont la tâche principale est le suivi des transformations de l'infrastructure urbaine menées à l'occasion de la tenue des JO et de la construction des sites olympiques.

C'est d'ailleurs autour de cette thématique de la transformation de la ville que nous organiserons la prochaine session prévue en mars 2016. Cette fois il ne devrait plus y avoir de nouvelle phase de cours mais un encadrement pendant toute la quinzaine des membres du Réseau Jequitibá pour la production d'émissions reprises par les dix radios.

Yves Magat
Rio de Janeiro, Genève