page d'accueil

association

statuts

archives

les photos

les sons

les médias et nous

jequitibá, l'arbre

contacts

liens utiles

 

LETTRE N°2 - mars 2009

Cette fois, ça y est, on démarre ! Le premier cours pour journalistes des radios communautaires, organisé et financé par l’intermédiaire de l’ONG Jequitiba dans le Nord-Est. Il s'agit d'une demi-session de 2 semaines pour 40 personnes, qui sera suivie d'un autre cours, entre mi-septembre et mi-octobre, toujours dans le Nord-Est, pour 40 autres personnes. Nous avons choisi cette solution en fonction des disponibilités d'Yves Magat qui pouvait difficilement se libérer pour tout un mois à cette période de l’année.Je suis heureux de cet aboutissement car il a fallu repenser assez profondément les choses, suites aux différentes péripéties financières et organisationnelles auxquelles nous avons dû faire face.

 Des péripéties à la chaîne…

Je vous signalais déjà, dans ma lettre numéro 1 du mois de décembre 2008, que nous avions été contraint de renoncer à travailler avec Viva Rio, notre partenaire initial,que fort heureusement, la représentation de l’UNESCO au Brésil avait décidé de collaborer à notre projet.

Hélas, si nous avons retrouvé un partenaire, un second imprévu nous a secoué au début de cette année: le Fond Mondial de Solidarité Numérique (FSN), qui s’était engagé à nous soutenir pour un montant de 30.000 US$ s’est soudain rétracté, à la suite d’une crise interne entre son Secrétaire Général, le Suisse Alain Clerc et le nouveau Président de cette Fondation, l’ancien ministre français Alain Madelin. Mi-janvier, lors d’une assemblée à Bamako, le FSN a décidé de geler ses engagements, de déplacer son siège quelque part en Afrique et de licencier ses collaborateurs. J’ai plusieurs fois tenté de contacter Alain Madelin pour lui faire part de notre perplexité et des difficultés que cette décision nous créait, mais il n’a jamais daigné me répondre, ni même accuser réception de mes courriers !

Nouveau calcul

Dès lors, il a fallu repenser en urgence le budget et chercher de nouveaux partenaires. Nous avons été servi par la chance, parce que 2 nouvelles institutions ont embarqué dans le projet : la Télévision Suisse Romande, qui va prendre en charge le salaire d’Yves Magat, (un mois chaque année pendant 3 ans), et l’Ambassade de Suisse à Brasilia, qui a accepté de financer les frais de déplacement et de logement des 80 stagiaires que nous allons former en 2009.   Cela ne compense pas complètement la perte de la subvention du FSN, mais nous pouvons tout de même réaliser le programme de cette année. D’autant que, - cerise sur le gâteau -, l’UNESCO renonce à prélever en 2009 les 13% de frais de gestion qu’elle demande normalement pour sa participation à la gestion des projets. L’un dans l’autre et en serrant les boulons, nous arrivons donc à cou

Objectif Recife !

La première partie du cours 2009 aura donc lieu à Recife du 27 avril au 8 mai. 40 stagiaires provenant des Etats de Pernambuco, Rio Grande du Nord et Paraiba, y participeront. L’organisation pratique sera assurée par Napoléon de Assunçao (sic !), responsable pour le Nord-Est d’Abraço (Association Brésilienne des Radios Communautaires). Nous l’avons engagé pour une durée d’un mois t, sur un financement de l’UNESCO.  

Napoléon va recruter les candidats et mettre en place l’infrastructure nécessaire à la réalisation du cours à Recife (salles de classe, logement des stagiaires etc…). Je me rendrai sur place une semaine avant le début de la session pour le seconder. Yves Magat arrivera lui, le 26 avril au soir.  

Le choix de travailler avec Abraço est pertinent car cette association est bien implantée dans tous les Etats du Brésil. Elle fait partie, au niveau international de l’AMARC (Association mondiale des radios communautaires), une ONG internationale dont le siège est à Montréal et qui est l’interlocutrice principale de l’ONU dans ce domaine.  

Dès la fin de cette première session, nous allons nous atteler à l’organisation de la seconde partie du cours, prévue en septembre-octobre, qui touchera 40 étudiants des Etats de Bahia, Sergipe, Alagoas et, peut-être, du nord de Minas Gerais.   

Et la suite ?

Il va falloir examiner sérieusement la situation pour 2010. En effet, l’aide de l’Ambassade de Suisse au Brésil n’est en principe pas reconductible, - il faudra la remplacer -, et l’appui de l’UNESCO ne sera confirmé qu’à la fin 2009. Nous ne savons pas encore à quelles conditions. Ceci en tenant compte du fait que les contributions du FSN et du canton de Genève qui, je vous le rappelle avait décliné son appui l’automne dernier déjà, vont nous manquer.

 On devrait tout de même réussir à s’en sortir en grattant tous les fonds de tiroirs et en comptant sur la bienveillance de nos partenaires ! La commune de Cartigny accepterait en effet, si on le lui demande, de nous verser en une seule fois, les 2 tranches 2010 et 2011. Et nous espérons que la valorisation du franc suisse face au réal brésilien (c’est le « bon » côté de la crise pour nous !), aura pour effet de diminuer un peu les coûts en 2009. Il devrait donc y avoir un petit résidu à reporter sur 2010.

 Le problème par contre reste entier pour 2011, car il n’y aura plus de réserve. Il faut donc que l’on se mette tout de suite à la recherche de nouveaux partenaires pour assurer la pérennité du projet jusqu’à son achèvement. L’ONG Jequitiba a déjà introduit une demande auprès de l’association WISE à Genève, et nous envisageons d’approcher d’autres communes du canton sur la base des résultats de notre action en 2009.

 Expo-photo et blog d’information

Vu les circonstances, je n’ai pas eu beaucoup de temps à consacrer à l’expo-photo que nous aimerions monter avec l’Observatoire des Favelas pour la faire circuler en Europe (voir la lettre n°1). L’idée est toujours là, le partenaire aussi, mais pas l’argent ! Fribourg en effet a renoncé à s’engager puisqu’il n’y a plus de lien avec le FIFF. A ce stade, nous n’avons encore trouvé personne pour mettre les 10.000 francs nécessaires à la concrétisation de l’idée! Mais je ne désespère pas…

 J’ai par contre avancé dans la mise en place de mon blog d’informations sur le Brésil. J’ai finalement décidé de m’y lancer tout seul, en utilisant mes contacts et connaissances. Depuis février, je publie « Vision Brésil », un bulletin mensuel qui tente de raconter quelques histoires qui m’interpellent dans les domaines de l’économie, du social et de l’environnement au Brésil.

 C’est encore un peu confidentiel, - il faut du temps pour se faire connaître -, mais les réactions aux 2 numéros déjà parus sont plutôt encourageantes. Aidez-moi à le diffuser à travers vos propres listes de contacts ! http://visionbresil.wordpress.com/

 Voilà où nous en sommes à ce jour. C’est plutôt encourageant étant donné les péripéties auxquelles nous avons dû faire face. Nous verrons si nous serons toujours aussi content après l’épreuve du feu, c’est à dire au terme du premier cours de formation de journalistes des radios communautaires, le 8 mai 2009 à Recife ! Je vous promets une nouvelle lettre à ce propos !

 Merci d’avoir pris le temps de me lire, amitiés à tous et chaleureuses pensées du Brésil.

 

Rio de Janeiro, le 21 mars 2009