page d'accueil

articles précédents

association

statuts

les photos

les sons

jequitibá, l'arbre

contacts

liens utiles

Lettre n° 20, mars 2016

Rio de Janeiro:
Les transformations de la ville sous la loupe des
radios communautaires

Les transformations de la ville de Rio de Janeiro à l'approche des Jeux Olympiques et leurs conséquences pour les habitants : c'était le thème commun pour une nouvelle session de formation qui s'est tenue du 11 au 18 mars 2016. Jean-Jacques Fontaine avait préparé le terrain et neuf radios communautaires du réseau Jequitibá ont produit chacune un reportage de 10 à 20 minutes sous un angle particulier.

Les difficultés actuelles du Brésil et de Rio de Janeiro en particulier nous avaient fait craindre le pire quant à la capacité de mobilisation de nos « radialistes ». La situation économique est difficile avec une forte hausse du chômage (+9% en 2015) et de l'inflation. Le retour en force des gangs de trafiquants dans les favelas rend toute activité plus compliquée. Et la crise politique actuelle liée aux scandales de corruption dans l'appareil du pouvoir ont un effet démoralisant pour beaucoup de monde.

Des lieux symboliques du changement
Malgré tout, à part Radio Ação qui semble avoir quitté notre réseau pour se concentrer sur les activités du carnaval, les neuf autres radios ont joué le jeu, comme elles l'ont fait d'ailleurs ces derniers mois sur d'autres thèmes de reportages. Cette fois Jean-Jacques et moi-même avons accompagné les radios pour les enregistrements dans différents lieux de la ville représentatifs des transformations : le Musée du Futur, l'Aquarium en construction, la controverse sur le déplacement des habitants de la Vila Autódromo, l'aménagement de loisirs du Parc Deódoro, les Ecoles du Futur, etc. Une mention particulière pour le travail très professionnel de Radio Bicuda sur les travaux de la voie rapide (BRT) Transolympique.

Ensuite certaines radios ont effectué le montage elles-mêmes, avec plus ou moins de bonheur et d'autres, dont les membres ont plus de difficulté, ont été aidées par l'un ou l'autre d'entre nous. Dans ces cas nous avons consacré à chaque fois trois à

quatre heures de travail de montage en essayant, lorsque c'était possible, d'insister sur l'importance de l'utilisation des sons d'ambiance. A partir du 19 mars toutes les radios ont eu la possibilité de récupérer tous les reportages du réseau Jequitibá pour une diffusion immédiate en fonction de leurs horaires.

Expérience donc positive malgré le contexte général et les problèmes habituels à ces radios des favelas. Au hasard en voici quelques uns : Radio Maré et Radio Bicuda ont vu la plupart de leurs équipements détruits par la foudre. Ces radios ne disposent pas de vrais paratonnerres car d'après leurs responsables ce sont des installations trop onéreuses. Rappelons que souvent les radios des favelas sont installées proche du sommet des collines pour avoir un meilleurs signal d'émission avec comme conséquence le risque d'attirer la foudre. Les deux radios ci-dessus ont toutefois assez rapidement remis en place leurs installations pour recommencer à émettre sur internet et en FM.

Radio Prazeres et Radio Fazendo Arte de Turano subissent indirectement un climat de violence accrue et de lutte de gangs qui rend parfois difficile le simple accès au local de la radio. Cette dernière qui n'est pour l'instant que sur internet espère quand même se lancer prochainement en FM. Et ses animateurs vont organiser des formations au micro pour des jeunes de la favela.

Les femmes de Radio Mulher qui continuent malgré tout à participer à nos formations sont toujours à la recherche d'un local et de ressources après la série de difficultés qui les frappent depuis plusieurs mois, notamment l'assassinat d'un animateur communautaire dont le corps a été retrouvé devant le portail de leur ancien local…

Sous un angle positif, l'équipe dynamique de Radio CDD (Cidade de Deus) a pu agrandir ses locaux et intégrer de nouveaux jeunes de la favela dans leur équipe. Rappelons qu'il s'agit là d'un « portail » web qui comprend des programmes de radio car dans le quartier les fréquences FM sont déjà suroccupées.

C'est donc globalement dans une perspective optimiste que se prépare la dernière session de formation de cette opération parmi des radios communautaires de Rio de Janeiro. Elle se déroulera pendant deux semaines lors des Jeux Olympiques qui débutent le 4 août 2016. L'objectif sera alors de faire vivre à la radio les activités parallèles aux JO qui seront organisées dans les favelas.

Yves Magat
Rio de Janeiro